27 septembre 2007

Lettera Bi

    "Par une terre d’Ombre et de rampes sanguines nous retournions aux rues. Le timon de l’amour ne nous dépassait pas, ne gagnait plus sur nous. Tu ouvris ta main et m’en montras les lignes. Mais la nuit s’y haussait. Je déposai l’infime vers luisant sur le tracé de vie. Des années de gisant s’éclairèrent soudain sous ce fanal vivant et altéré de nous." "Banc d’ocre" /  René Char(Œuvres complète, Bibliothèque de la Pléiade, 1995)  
Posté par mirmi à 15:02 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 septembre 2007

Winterfeld

        Il est une église foudroyée dont je ne sais pas encore grand chose, mais nous y sommes ! Il y a de la lumière à travers ses étages, qui fait que nous préférons l’ascenseur transparent aux escaliers mécaniques. Au premier, on découvre un studio meublé jaune-ocre, aux lits bleutés et aux rideaux rouges. On en sort et plus loin, elle achète, au dépanneur oriental, du dentifrice bio-décontracté. Je l’écoute parler cette langue et j’observe l’ondulation du cyclo-trottoir. Pendant que je joue avec les... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 septembre 2007

Début septembre

L'internat des Martines - vieux souvenirs:La déchirure l’angoisse, le refuge des chambres du beurre-mélasse yoplait (la vie sans confiture), écharpes et bas de laine, la neige le froid le béton, l’attente, menus de réfectoire, jeux de société, camaraderies, parfum de terre, auto-dérision, soulagement les lundi lorsque les postes fonctionnent, l'effort physique pour le frisson et la sueur (résister et ce, dix fois de suite et sur deux séries d'exercices). Ballons, grippes poux et piqûres... Enfin, la première fois qu'on a dormi à... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 14:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 septembre 2007

Werden Berlinerin

Bis bald... Küsse !
Posté par mirmi à 22:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 septembre 2007

Kαίω

    Avec son trident, le dieu furibond auguillonne ses chevaux. Les champs, les plages, les villes et même les vieilles montagnes, tout cela s'est recroquevillé sous l'orage de fer et de cendres. On jure des neuvaines à la sainte de la Grotte qui se souvient d'un coup qu'elle est Amphitrite; agite alors doucement ses voiles pour qu'il tombe dans ses lignes, fauché en plein galop. Cette nuit là ne fût certainement pas des plus courtes. Les poissons frétillants que le sel saupoudrait, glissèrent le long des toitures, sans... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:44 - Commentaires [5] - Permalien [#]