16 août 2007

"Sainte Piffe-Paffe-en-Bajoue"

    (Plonk et Replonk : le Monde merveilleux des vacances)     Sa vitrine hurlait : « Fango arricchito di polvere di peperoncino »... Le plus souvent, ce qui se vend dans la pharmacie d'un village ce sont des brosses à dents et des crèmes pour la beauté de l'humanité! - que j'ai faites également envelopper, pensant que j'allais prologner ma vie d'au moins un mois! Et puis, comme la librairie-souvenirs ne proposait que cahiers, gommes ou plumes... je suis restée auprès de l'apothicaire. Il a rallumé une... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 juillet 2007

Envie de prendre le large(Pause d'été bientôt terminée)
Posté par mirmi à 14:49 - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 juin 2007

Saison 2008 assaisonnée (sinon rien!)

 L'annonciateur frappe trois fois de sa baguette sur le sol  " Marat, c'est celui-là comme vous pouvez le voir qui a déjà pris place dans la baignoire. Il aura cinquante ans bientôt et il porte sur le front un bandeau. Sa peau est cireuse et enflammée, défigurée par une éruption cutanée. L'eau fraîche où il baigne tempère la fièvre qui le brûle. Pour tenir ce rôle nous avons fait choix d'un malade souffrant de paranoïa, affection sur laquelle par  l'hydrothéraphie nous obtenons ici des succès inouïs. La... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 juin 2007

Infamina

    Dans mon observatoire intime, l’espace de la cuisine m’est donné comme social, ludique et studieux (et dans cet ordre vraisemblable). Pourquoi faudrait-il encore que je songe à y manger ? Ouvrez-le donc ce frigo et constatez ! D’emblée l’absence de la mère pourvoyeuse de nourriture se fera remarquer. Bah, comprenez que pour parvenir à trouver le champ nécessaire à mon autonomie, je me self-sers, contournant sa souveraineté.
Posté par mirmi à 23:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 juin 2007

Sorelle

    Aux chaises musicales elle est la première éliminée parce que la musique l’absorbe tellement qu’elle oublie de se précipiter sur un siège quand elle s’arrête. Alors, restée solitaire à la table, la cadette dessine. Escortée qu’elle est de favoris et de serviteurs, son tracé est tranquille et ferme. « C’est censé représenter quoi ? » disent, sans avertir, ses autres ascendantes ; comme si ça ne ressemblait à rien. Il plane à cet instant comme une inquiétude congénitale, mêlée de traces d’impérissables... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 17:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 juin 2007

Sotto voce

(interlude)
Posté par mirmi à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2007

La Sestina

    Musicien raffiné, le prince Gesualdo de Venosa n’aimait pas l’ombre du confessionnal qui trichait avec la lumière. Il n’aimait pas non plus les lumières trop vives des sensualités radieuses. Une nuit, il patienta jusqu'à ce que la lune au dernier quart fût dans le signe du lion pour, avec ses mercenaires, tuer sa cousine d’épouse et son amant. Si les mœurs d’antan le disculpèrent aisément, il chercha la paix de l’âme en faisant tout de même édifier trois églises et deux couvents. Son œuvre à la limite du silence... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 mai 2007

Coulis-se

    Les murailles couvertes de senseurs s’ouvriront-elles jamais ? La flotte immobilisée regarde le restant de sa cargaison : des pétales de rose, des peaux de banane des plumes d'oie et deux couronnes de lauriers amassés lors d’expéditions précédentes. Maintenant dans le crachin, les naufragés entendent les autochtones criqueter un langage obscur. Ceux-ci frappent violemment les lattes du pont, pour forger des tuyaux d’orgue gigantesque d’où ils feront couler un latex musical…
Posté par mirmi à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2007

En retenue

    Parfumée et fardée, le délicieux Kharim me fit reposer dans l'atelier de calligraphie de son maître alors désert, pour m'y préparer un thé de sa couleur. Puis, tout à fait hors de l'accoutumée, il me fit pénétrer dans le hammam où folâtraient ses compagnons dévêtus, pour me décrire sa posture:" C’est ici que nous savourons en compagnie des femmes les voluptés inconnues des commandeurs! Vous comprendrez bien vite comment votre condition singulière incite, pour ainsi dire, à nous renouveler." Nous ayant... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 avril 2007

A Chefchaouen

    Son paysagiste municipal était rester longtemps à l’attendre. Enfin, il vit son bouton s’ouvrir. L’orchidée qui ne communiquait bientôt plus avec sa mousse d’origine que par un fin et solide pédoncule au travers duquel passait une fièvreuse circulation de sève, allait déployer ses pétales pourpres. D’abord sur tout le jardin impérial et sur le palais, puis sur la cité entière, ils couvrirent peu à peu les nervures de cette terre. Soudain, en signe d'adieux, un vent froid les arracha, pour qu’ils se dispersent... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:55 - Commentaires [7] - Permalien [#]