17 avril 2007

Je repose le fer

    Toujours tout droit, il y a des théâtres d'événement où tout le monde s'aime ou s'indiffère. On ne peut pas faire plus direct! Sur leur agenda il y a écrit: "Jour entre amis". (Les yeux restent vagues pour prendre le large). Sur le seuil, elle prononce son code d'entrée à voix basse des fois qu'elle l'aurait oublié. Oui, parce que la dernière fois qu'il l'a vue, c'était quand déjà ? Ils s'étaient pris et retournés - à bout de bras - comme pour retrouver sur le plan, un tracé antique aux apparences capricieuses.... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 avril 2007

Jaques a dit

On vient sur ce blog principalement pour ses images, alors pourquoi pas pour ses citations! "Il y a des édifices qui tiennent sur des choses trop fragiles. On a peut-être pas le droit de toucher à ces choses-là. Surtout à soi-même... Moi, j'aime bien me chatouiller les pieds, parce que je sais où je vais ! "Jacques BrelEmission : Carrefour04.02.1966(archive de la TSR)
Posté par mirmi à 23:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 avril 2007

Mars de l'an 1162

    " J'ai tant aimé l'amour que j'en ai gardé un étrange instinct [...]. Je sais avec la plus exacte précision laquelle de nos moniales a frôlé l'amour ou en garde la brûlure indélébile. Je ne me suis jamais trompée. Tout m'est indice. Les anciennes amantes ont une façon de toucher un objet, de lisser une étoffe qui les trahit : leurs doigts ont palpé du vivant; entre elles et la création, le passage est frayé; leur peau a cessé de les séparer du monde. J'ai avec elles une relation heureuses, aisée. Mettre en contact... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 15:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 avril 2007

Seule ce soir

J'aime bien le bruit que j'entends chez les autres.[à bientot]
Posté par mirmi à 22:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 mars 2007

La mue

Surtout, ne ferme pas les yeux !Méduzine t’embrasserait si fortQue son étreinte te ferait fondre dans ses lignes Tu as du sang noir dans les veines !On te montera alors [à travers le miroir]Les neiges éternelles dans le ventre des femmes Les Origines de la Voie lactée1577-1579Le Tintoret
Posté par mirmi à 21:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 mars 2007

Chambre claire

      Comment, plume après plume, le réalisons-nous ce traversin ? Des paroles souples pour un repos diligent, pour des projets sans outrance, sans défi, sans trop de crainte : déjà une vie de reine des abeilles pour ce coussin-là. Nul commerce - même s’il fait parler de lui - ne le propose tout cousu ...    
Posté par mirmi à 00:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]

13 mars 2007

Mesurer du blabla

Que quelque chose m’arrive puisque je l’ai dessiné…est-ce véritablement important ?Il y a dans l'instant présent infiniment plus de détails que je n’en observe (au gré de mes attentes et de mes projets). Dois-je pour autant en conclure que l’avenir que je façonne est plus que pauvre ; puisque, dans ce que je m'invente, il ne se cache rien que ce que j’y mets déjà. Alors que dans la réalité, il se peut que je trouve ce que je ne cherchais pas. Je me soucierai de vérifier plus loin, cette coïncidence paradoxale,... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 mars 2007

Posté par mirmi à 00:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 février 2007

Battu par l’écume

  Ici, c’est le sale temps qui nous protège. On est fou de ciel de tempête quand rien n’est plus délectable qu’une intempérie. Au cœur des vallées téléphériques qui abritent les rapaces, les gonds des roches calcaires crissent. A chaque fois c’est la même chose : à l’annonce du crachin, les hommes de la surface allument des cierges pour le culte des averses. Alors la grêle mitraille leurs plus gros avions et les gouttes inondent puis noient leurs villes fleuries de géraniums. Un archipel émerge après le... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 22:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 février 2007

Réédition

Cat wardrobe     Qu'est-ce que je cherchais dans le noir, coincé sous cette carcasse de grande fille qui pesait et m'écrasait au fond d'une armoire pleine de couverture et de cintres vides ? (Je cherchais mon bien. Chose qui ne m'a plus quitté depuis)... Elle, rieuse, prise à notre jeu puérile sans plus se retenir, s'est oublié sur moi! Se vidant de son tonus chaud, elle a inondé honteuse mes genoux et ma jambe. J'avais huit ans, elle en avait douze ... Inspiré de Jacques Chessex. - Monsieur. - B. Grasset : 2001.... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 15:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]