12 février 2007

Matière

    Pour que l’encre ne vienne pas à manquer au scribe déroulant son incantation sur un miroir de bronze, toutes librairies liquides suintent le long de ses murs et amassent des fûts d’opacités dont elles conserveront la chaleur.  
Posté par mirmi à 00:01 - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 février 2007

Un saluto

Azzuro... come l'apu tò!Nnchiani e scinni cu le spòrte nghine de paparussi ca, cu li tocchi già "te levane l'anima" cumu dici. Dallu paese alle Miacchie, sembra ch'hai fatto sempre sta via a curve. Quannu rrivi poi, te sentene castamare da lontanu... La mmane, cu marenni voi nu bellu piatù abondante de pisciammare e nu bicchieri de mieru russu. Istu non è mancatu mai sulla banca, cu te da forza! Mentre de vespra, lu sule ne manccia. Tuttu more.Quantu tempu a fore, pedi scuassati, a menzzu i panari de canna ccote... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 22:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 février 2007

Pas du même, du pareil

Effeuiller la marguerite à chaque représentation, en prononçant un texte ponctué de romances dépend de la fragilité, de la fraîcheur, de la couleur, du jus de cette partenaire et de sa minuscule difficulté à effectuer naturellement un geste si vite oublié en présence d’un public …
Posté par mirmi à 01:01 - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 janvier 2007

Lac d'argent

        L’hiver la femme est beaucoup plus secrète et plus seule aussi. Ses doigts modelant l'argile, elle gagne en rondeurC’est tout autre chose, au moment de se laisser aller Ses yeux ne se prêtent plus au soufflet de la forgeElle sort toucher les premières neiges et voler les tapis de cheveux des palais impériaux…
Posté par mirmi à 00:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
23 janvier 2007

Mouvement

On vendait à température ambienteTabacs, chocolat, vanille, alcool de canneElle se procura un couteau d’obsidienne Servant à diviser. Ses coupures laissèrent un stigmateMais la trace n’empêcha pas le soleil de flamberEt quand l’astre brillait, les cœurs se dilataientAinsi gonflés ils eurent beaucoup de force(Cette même vigueur dont on se sert pour ruser).Lui abordait enfin la côte, la prenant pour une îlesemblable à un téton. Le temps mûrit.Où l'on fabrique des cités de pierres... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 19:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 janvier 2007

Ne ris pas, Sire, tu es minable quand tu ris !

"Où est ton château, ton pont-levis, ton carrosse ?  Tu n’en as pas ! Alors qu’ai-je à faire d’un roi comme toi ? D’un roi sans fils, sans bouffon, sans féeD’un roi trop sale pour habiter les rêvesD'un roi qui n'est autre qu'un rat  de cale couronné !" ! (J.-M. Ribes : "il faut que le Sycomore ...")
Posté par mirmi à 00:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 janvier 2007

Copie romaine

   Le voilà enfin arrivé dans le temple consacré. Comme il fait bon dans ce repère ! Suffisamment pour qu’ils se disent : « tu » . Mais, à l'ombre de ses colonnes, il convient d’abord d’hésiter, ne rien dire encore ; tout entier contre cœurs et contre âmes. La déesse qui trouble son esprit pourrait être plus que belle. Sans réplique, il se fait tout petit, craignant qu’elle ne le frôle et l’espérant pourtant. Le lointain des plages le questionne. Ses yeux prennent pour cible le bord de la mer. L’irrégularité des... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 23:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 décembre 2006

A cette heure de la journée

    La ligne de transit Oslo – Ostende circule sous des arcades reliées à des clairières de libres échanges. L’usufruit de ses étendues n'est officiellement transmis qu'à certains mousses qui, s’ils explorent leurs faubourgs limoneux – sont tenus d’avoir le regard pénétrant. Naturellement navales, il se faufilent dans les canaux à l’escale levantine, mais se heurtent (dans un demi-bruit de suspension) aux barrières fumées ou autres glissières d’hydrocarbure. Ils courront sur les torrents d’automne, pour les avoir... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 01:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 décembre 2006

L’hiver s’en cagoule

      Ici comme là-bas, le temps est perçu comme une catégorie plutôt lâche, très ouverte et de toute manière assez subjective. De fait, chaque personne est capable d'influencer sa formation, son cours et son rythme (avec le consentement des ancêtres et des dieux). Le temps se crée particulièrement bien à travers un événement. Il devient le résultat d'une action propre, mais disparaît aussitôt qu'on ne l'entreprend plus ou qu'on l'abondonne (les risques sont toutefois minimes). Quelque part dans le... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 23:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 décembre 2006

Dilettanti

    " In Firenze fu una giovane del corpo bella e d'animo altiera e di legnaggio assai gentile, de'beni della fortuna convenevolmente abondante e nominata Elena; la quale rimasa del suo marito vedova, mai più rimaritar non si volle, essendosi ella d'un giovinetto bello e leggiadro a sua scelta innamorata; e da ogni altra sollicitudine sviluppata, con l'opera d'una sua fante, di cui ella si fidava molto, spesse volte con lui con maraviglioso diletto si dava buon tempo ... "(Decameron. Boccaccio.... [Lire la suite]
Posté par mirmi à 00:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]